bienvenue sur under the gun ! le forum a ouvert le 19/02/17 !

Page 1 sur 1
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t180-xiao-luhttp://ut-gun.bbfr.net/t182-huang-xiao-lu-deep-breath-honey-everything-will-get-betterhttp://ut-gun.bbfr.net/t181-huang-xiao-lu-the-china-dollhttp://ut-gun.bbfr.net/t183-547-2407-2608-xiaolu
lost in this wild sea.
avatar
more informations


 we are living in a cruel world ft sun ce | Mer 1 Mar - 14:24

我们生活在一个残忍的世界。
we are living in a cruel world
you reduce all our history into flinch, into knuckles on jawbone, into sympathy porn. exploitation in sheep’s clothing still bears its teeth. that word is just as violent in the hands of a loved one - after all, we don’t expect it from you. — ashe vernon



Le silence accompagnait ses pas dans le couloir. Et Xiao Lu restait silencieux, son regard sur les tapis qu’il foulait, tandis qu’il avançait pieds nus. Une extravagance qu’il se permettait. Parce qu’après tout on était au 8 ici. Parce qu’après tout il était un des joyaux de l’endroit. Mais il peinait à y croire. Quand on sort de prison, l’estime de soit n’est pas votre meilleure alliée. Loin de là. Et le jeune homme avait encore des réactions de prisonnier. Il avait encore cette envie de baisser les yeux et se faire tout petit, de se faire oublier, alors qu’on attendait de lui qu’il brille un peu. Est-ce qu’il pouvait briller aussi ? Il ne savait pas trop. Quand il était entré au ‘8’, il avait demandé à voir le leader des Red Cliff, la peur au ventre, ses petits poings serrés. On lui avait dit non au début. Des prostitués on en voyait assez, qu’il aille au bordel comme tout le monde, ici c’était l’élite. Mais il avait tenu bon Xiao Lu, il avait demandé, encore et encore, et au final il avait rencontré Sun Ce. Au final il avait vu cet homme, et un sourire aux lèvres, cachant les tremblements dans sa voix, il lui avait demandé la paume tendue attendant un tatouage, de travailler pour lui. Trop de culot dans cette personne si naïve.

Et il frotta machinalement le tatouage dans sa main, ses doigts fins retraçant le caractère de la couleur rouge, admirant l’effet de l’encre sur sa peau diaphane. Il était au 8, il avait des clients plus ‘respectueux’ qu’avant, même si l’ombre de son père et du réseau à Hong Kong planait encore dans son esprit, le rendant plus docile que nécessaire. Il était obéissant de nature, silencieux aussi, et c’était pour cela qu’on l’appréciait, sans parler de ses traits fins, racés, exotiques même et de l’œuvre d’art dans son dos qui en fascinait plus d’un. Joli poupée dans un joli emballage. Xiao Lu se faisait doucement à l’endroit. Assez pour qu’on parle autour de lui, assez pour que Sun Ce prenne soin de lui. L’idée en aurait surpris plus d’un, mais clairement le leader du gang n’avait jamais fait preuve de violence envers lui, et il avait toujours eu un mot, un geste gentil, une attention, ce que clairement Xiao Lu adorait. Alors l’idée d’obéir déjà encrée dans son être c’était faite plus facile encore, et Lu racontait tout sourire ce que Ce voulait entendre devenant sans qu’il ne comprenne vraiment les yeux et les oreilles du leader au sein du bâtiment au sein des princes et princesses de l’endroit.

Et c’était pour ça qu’il s’avançait dans les couloirs, penchant sa joli tête sur le côté quand un des hommes l’arrêtait lui demandant ce qu’il faisait. Et sa voix douce, chantante, annonçait qu’il allait voir Sun Ce et on le laissait passer intrigué, on le laissait monter dans les étages, leurs regards s’arrêtant sur sa chute de reins que cette chemise trop longue sur un short trop court mettait en valeur. Et il était passé devant la boite de nuit des derniers étages, observant le balai des serveurs et des barmans qui préparaient l’endroit pour le soir, il était passé devant, saluant les quelques personnes qui avait pris la peine de le faire, avant de s’arrêter devant la porte du fief de Sun Ce, sa main se posant sur le bois tandis qu’il respirait doucement, tentant de calmer son cœur agité. Le dirigeant des Red Cliff ne lui avait jamais fait de mal non. Mais il craignait toujours de le voir en colère, craignait toujours de le déranger, comme un animal craintif. Il savait bien que la main qui le nourrissait et le protégeait pouvait toujours se retourner un jour. Mais pas aujourd’hui. Tant qu’il remplissait sa tâche, tant qu’il restait opérationnel comme maintenant ça irait. Alors s’armant de courage, il toqua fermement à la porte, avant de l’entrebâiller et de se glisser dans l’ouverture, ses yeux rivés au sol.

« Sun Ce Yezhu … » commença-t-il ses mains se portant naturellement sur les pans de sa chemise pour l’agripper tandis que l’appellation de maître glissait entre ses lèvres. Propriétaire même. Yezhu. Comme son possesseur. Parce qu’il appartenait à Ce à partir du moment où il s’était décidé à rentrer au sein des Red Cliff et à travailler pour lui. Et si sa voix était douce, mélodieuse même, on pouvait toujours entendre cet accent plus doux dans sa façon de parler mandarin, qui rappelait que sa première langue était le cantonais. « Vous vouliez me voir Yezhu ? » Et dans sa voix le respect et là, l’admiration aussi. Et comme une jeune fille en fleur, il releva un instant la tête avant de la baisser derechef, n’osant pas quitter le seuil de la pièce, mais un sourire fragile fleurissant sur ses lèvres, rien qu’à la possibilité de prononcer ce titre, et cette satisfaction de savoir tout ce qu’il sous-entendait, tout ce qu’il y avait derrière.  Il était sauf, il n’était plus dehors, il n’était plus seul. Et peut-être que ses nuits commenceraient bientôt à être plus clémente.


made by pandora.







★ 不要伤害我。 ★
"i handpicked my softness like a flower arraignment. and you, with those strong hands: crushing all the petals you could get your fingers on."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t67-i-just-slid-my-dick-down-your-throat-and-you-thanked-me-for-ithttp://ut-gun.bbfr.net/t87-if-i-said-i-fucked-your-bitch-you-know-i-mean-ithttp://ut-gun.bbfr.net/t88-sun-ce-i-got-a-lot-of-bitcheshttp://ut-gun.bbfr.net/t96-547-2136-3169-sun-ce
king of under the gun.
avatar
more informations


 we are living in a cruel world ft sun ce | Ven 3 Mar - 16:44

we are living in a cruel world
xiao lu ♢ sun ce
La même chose, encore et encore. Tu te retrouvais dans ton QG aux différentes facettes, aux différents étages. A gérer des choses que tu préférais léguer à quelqu'un d'autre. Pourtant, une grande partie de ton supposé travail était fait par tes membres et pourtant, t'arrivais à trouver le moyen de te plaindre. Rien n'allait vite. Du moins, de ton côté. Tes projets de meurtre prenait beaucoup trop de temps et ta cible, vivait, bel et bien, de manière arrogante. Si cela ne tenait qu'à toi, tu aurais fait une décente dans ton quartier, pour faire péter le tout. Mais c'était bien plus complexe, tu avais de quoi lui tenir tête mais, certainement pas pour gagner la guerre, il te manquait des armes, des hommes. Tu soupires alors que de ta main droite tu viens jeter un dossier sur ta table. T'en as marre, tu veux te reposer, te détendre. Les gorilles qui t'entourent n'arrange pas la chose, t'avais besoin de respirer. Une de tes mains vient se perdre dans ta poche droite, y sortant un paquet de cigarette, tu prends ce tube empoisonné pour le placer entre tes lippes. Bien vite allumé par la flamme portée par un de tes hommes, tu viens t'affaler dans ta chaise. Tu ne sais pas quel heure il est, ni même si sortir de cette pièce vaut le coup. Pour une fois que tu apprécies le silence, tu doutes que cela soit une bonne idée de te redirigé vers l'une de tes boîtes de nuit.

Tu réfléchis beaucoup trop mais, surtout à des futilités sans nom. Finalement, un fracas contre l'une de tes porte se fait entendre, ton visage se tournant immédiatement vers cette dernière. Attendant que l'invité en question entre, tu te demandes bien qui a eu la bonne idée dde venir te tirer de ton ennuis. Puis finalement, tu aperçois cette silhouette, masculine et pourtant un poil efféminé en même temps. Ces paroles qui viennent t'arracher un sourire, du moins, ce mot. "Yehzu". Tu pouffes un rire. Avait-il vraiment besoin de montrer autant de respect ? M'enfin, tu n'allais pas te plaindre, même si à sa place, tu n'aurais pas fait de même. Après tout, ici, tes membres ou du moins, les prostitués qui bossaient pour toi était les maîtres des lieux. Toi tu n'étais que la tête pensante, celui qui ramassait la thune et qui faisait en sorte qu'ils se plaisent et qu'ils s'y sentent bien. D'un signe de main, tu l'invites à entrer. Déposant la cendre de ta cigarette dans le cendrier, tu te lèves. Une question. Qui te remets vite les pendules à l'heure. Comme à ton habitude, tu devais le voir, pour avoir un détail des problèmes, affaires, commérages qui avaient lieu dans ton établissement. A trop penser, t'en avais oublié le plus important. « Comme d'habitude, savoir c'qui s'passe dans cette baraque mais... Dis-tu alors que tu t'avances vers l'un des sofas en cuir, faisant signe à tes gardes du corps de sortir. Avant ça, j'aimerais savoir comme tu vas, t'as pas de problèmes ? Des envies ? Jours de repos ? Argent ? » Tu préférais gérer les problèmes ou demandes personnelles avant d'attaquer ou apprendre des nouveautés qui pourraient, te contrarié. Inspirant ce poison, la fumée blanchâtre vient accomplir sa danse dans la pièce. « Vient t'asseoir. Tu montres d'un signe de tête une des places vacantes que le sofa avait. Puis à la place de Yehzu, appel moi Gē Ge. » Finis-tu par dire. Souriant, chaleureusement. Qui à choisir, tu préférais voir la figure du grand-frère que du possesseur. Ou tout du moins, avec lui, pour d'autres c'était plus complexe. Car il fallait se l'avouer, tu pouvais te montrer particulièrement et bizarrement gentil avec ceux qui savaient où se placer dans la hiérarchie, pour ceux qui pensaient pouvoir voler au dessus des règles, c'était autre chose. Te transformant alors en animal féroce, tu ne faisais qu'une bouchée de ces êtres aux ambitions bien trop fantastiques. Avec Xiao Lu, tu n'avais pas besoin de montrer les crocs, certainement parce qu'il était un de tes plus fidèle membre. Loyal de surcroît, ce qui était plutôt rare dans le monde de requin, où vous vous trouviez. Dans un sens tu remerciais que ce petit bonhomme ait pointé le bout de son nez ici pourtant, dans un autre sens, tu te demandais pourquoi il n'avait pas fuit, pourquoi il été revenu se piéger dans un endroit qui ne le scied guère.





welcome to a brand new beginning you sorry shits ☽ pissing our pants yet ? boy, do I have a feeling we're getting close. it's gonna be pee-pee pants city here real soon. yeah. you are so gonna regret crossing me in a few minutes.  you can breathe, you can blink, you can cry. hell, you're all gonna be doing that.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t180-xiao-luhttp://ut-gun.bbfr.net/t182-huang-xiao-lu-deep-breath-honey-everything-will-get-betterhttp://ut-gun.bbfr.net/t181-huang-xiao-lu-the-china-dollhttp://ut-gun.bbfr.net/t183-547-2407-2608-xiaolu
lost in this wild sea.
avatar
more informations


 we are living in a cruel world ft sun ce | Lun 6 Mar - 18:15

我们生活在一个残忍的世界。
we are living in a cruel world
you reduce all our history into flinch, into knuckles on jawbone, into sympathy porn. exploitation in sheep’s clothing still bears its teeth. that word is just as violent in the hands of a loved one - after all, we don’t expect it from you. — ashe vernon



Le regard de Xiao Lu se perdait sur les détails du tapis doux en dessous de ses pieds et les différents détails indifférents de la pièce. Il aurait pu relever la tête, il aurait pu se redresser, lâcher sa chemise et se tenir fièrement, mais il y avait en lui des relents de souvenirs violents, des automatisme qui faisait qu’il était plus simple pour lui de baisser les yeux et d’être respectueux, attentif à la moindre fluctuation de voix, aux ordres qu’il attendait, que de relever la tête et faire face au monde. Et il les entendait encore dans sa tête les règles qu’il avait appris depuis tout jeune. Il les entendait encore les remarques sur son comportement lors de ses premiers jours en prison. Et c’était sans doute bien malheureux, parce que même en cherchant une protection ici, qu’il aurait pu trouver en rejoignant un gang, la seule façon qu’il avait eu de se sentir en sécurité était d’avoir replongé dans ce monde de la prostitution, tête baissée. Parce qu’il avait besoin d’être encadré, parce qu’il ne savait faire que ça, parce qu’il ne savait plus vraiment comment agir, au fond il ne l’avait jamais vraiment su, et ses seuls repaires se trouvaient dans le fait que donner du plaisir à des gens lui apportait des compliments, un toit au dessus de sa tête et une journée de plus sur terre.

Alors il était normal que l’attitude de Xiao Lu soit si soumise, si empreinte de respect, c’était tout ce qu’il avait appris à faire. Son père ne lui avait appris que ça, toujours obéir, ne jamais poser de questions, respecter le pouvoir. Et il savait bien que le leader des Red Cliff ne lui ferait aucun mal, il l’avait bien vite compris tant l’homme se montrait prévenant et compréhensif, à sa plus grande confusion au début. Mais si le jeune homme répondait naturellement bien aux ordres, il répondait tout aussi bien à l’attention qu’on lui prodiguait et ce sentiment de protection, de sureté qu’il y avait autour de son leader le rendait encore plus docile si possible. « Comme d'habitude, savoir c'qui s'passe dans cette baraque mais... »  La demande ne l’étonnait pas, il avait pris l’habitude d’observer les gens, les autres. Pas forcément dans le but de rapporter, mais plus dans un moyen d’analyser son entourage pour pouvoir mieux s’y fondre sans doute. Xiao Lu avait juste oublié que ça faisait déjà plus d’une semaine, voir deux, depuis son dernier ‘rapport’. Laissant passer les gardes du corps du leader des Red Cliff, il s’avança légèrement dans la pièce son regard suivant Sun Ce qui était parti s’installer au niveau de la partie salon du bureau.

« Avant ça, j'aimerais savoir comme tu vas, t'as pas de problèmes ? Des envies ? Jours de repos ? Argent ?
- Ah … Je vais bien Yezhu, je ne manque de rien … »
Non vraiment il n’allait pas se plaindre ou réclamer de l’argent, non. Il avait toujours un côté un peu dépensier pour refaire sa garde robe ou acheter des produits pour entretenir son corps, mais il arrivait à s’en sortir avec l’argent qu’il recevait pour ses services. C’était toujours un peu étrange pour lui d’avoir de l’argent dans les mains, de s’en servir, alors de là à en demander plus.

« Vient t'asseoir. » Il s’avança promptement suite à l’ordre donné allant s’installer sur le sofa, ses jambes repliées sous lui, son regard se posant sur son responsable sans pour autant le fixer droit dans les yeux, une de ses mains venant dégager son visage de sa frange qui commençait à lui tomber devant les yeux. « Puis à la place de Yezhu, appel moi Gē Ge.
- Sun Ce Gege … »
tenta le jeune prostitué de manière timide, le surnom sonnant étonnement bien entre ses lèvres. Il se permit même de sourire, heureux de voir la considération que lui donnait le leader du gang, au point de lui permettre de l’appeler grand frère.  

« Tout va bien … Juste … » Le ton de voix de Xiao Lu s’était fait plus hésitant, la question qu’il désirait poser un peu trop bancal dans son esprit. « J’ai du mal … Avec les papiers administratifs. » Et c’était un problème aussi bien de compréhension que de lecture. Il avait encore énormément de mal à lire, apprenant par lui-même en se servant des panneaux et des enseignes dans la rue, des journaux qu’il trouvait parfois ou encore des publicités qu’on mettait dans sa boite aux lettres. Et il n’y comprenait absolument rien en administration, vu qu’on l’avait aidé pour son appartement ou encore pour son compte en banque. Tout ça ressemblait à un fouillis monumental puis l’utilisation des caractères n’étaient vraiment pas les mêmes entre le cantonais et le mandarin, rendant son apprentissage encore plus fastidieux encore.

« Gege, tout va bien sinon à notre niveau. A part le problème de la dernière fois, où vous êtes intervenu, tout est redevenu calme depuis. » Et le surnom qu’il avait dorénavant le droit d’employer l’avait fait sourire doucement, tout comme l’idée de pouvoir annoncer que tout allait bien, le fameux problème dont il parlait ayant été réglé directement par Sun Ce en milieu de semaine.


made by pandora.







★ 不要伤害我。 ★
"i handpicked my softness like a flower arraignment. and you, with those strong hands: crushing all the petals you could get your fingers on."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
.
more informations


 we are living in a cruel world ft sun ce |
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
we are living in a cruel world ft sun ce
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» World Mini Raids / Route 66 // 1 an après : page 23
» World Séries by Renault : Magny Cours 2010
» [Blog] New DS World
» Maillots internationaux (World Cup 2010)
» world carp classic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
under the gun :: le 8-
Sauter vers: