bienvenue sur under the gun ! le forum a ouvert le 19/02/17 !

Page 1 sur 1
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t64-ban-hoon-i-m-not-a-perfect-personhttp://ut-gun.bbfr.net/t89-ban-hoon-i-m-awake-but-my-world-is-half-asleephttp://ut-gun.bbfr.net/t90-ban-hoon
king of under the gun.
avatar
more informations


 if i could fly (an) | Ven 24 Fév - 17:10



if i could fly ✧ Le bruit des vagues, se fracassant contre la jetée, résonne dans la rue, en contraste avec les voix criardes des hommes s'occupant sur le port; des voix presque inaudibles sous le son étouffant de la mer. Le vieux port n'est plus autant utilisé qu'à l'époque — notamment avec la construction d'un port neuf à quelques mètres, mais on peut encore observer de l'activité maritime (illégale) fourmillant parmi les nombreux touristes ébahis par la somptueuse vue qu'offre cet endroit de la ville. Hoon allume et éteint l'écran de son téléphone, définitivement impatient de recevoir une réponse rapidement de la part d'An. S'il a donné rendez-vous au jeune homme, c'est uniquement car celui-ci l'a involontairement contrarié, et personne n'agace Hoon, si ce n'est sa soeur.
Il observe ses hommes, essayant à tout prix de réduire au maximum cette attente qui commence langoureusement à lui ronger l'intérieur de son être. Des gouttes de pluies dessinent d'une douceur majestueuse les pavés qu'ornent la rue dans laquelle se trouve Hoon. Il tend la main, surpris par ce changement météorologique. Le mois de mars commence à se faire sentir, et même s'il regrette amèrement la neige qui, il n'y a de cela que quelques semaines sublimait incroyablement les rues de Hongse, il a hâte de découvrir une nouvelle fois la chaleur onctueuse qu'offre le soleil lorsque ses rayons caressent tendrement sa peau lactée.
Les sourcils froncés, il allume encore une fois son téléphone. L'agacement commence à se faire sentir; il perd patience, lui qui, d'ordinaire, est l'individu le plus calme au monde. Il hésite, ô grand dieu qu'il hésite, à envoyer un nouveau message à An. Il se retient, car Hoon n'est pas du genre à courir après les gens, car il ne veut pas être assimilé au mot désespéré. Néanmoins, lorsqu'il aperçoit au loin, une chevelure qu'il ne connaît que trop bien, il se maudit d'avoir pensé, ne serait-ce qu'une seule fois, qu'An lui réponde. Ce dernier aime beaucoup trop jouer avec les nerfs de Hoon; mais Hoon sait, qu'au final, c'est lui qui aura le dernier mot. Et, il n'a que trop hâte de lire la surprise sur le visage d'An.  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t167-there-s-two-kind-of-forever-one-called-before-one-called-after-anhttp://ut-gun.bbfr.net/t169-wang-an-once-i-am-gone-they-ll-keep-me-alivehttp://ut-gun.bbfr.net/t170-wang-anhttp://ut-gun.bbfr.net/t171-547-7806-8705-an#1042
i'm no sinner.
avatar
more informations


 if i could fly (an) | Ven 24 Fév - 22:24



if i could fly ✧ Depuis qu’il a quitté son appartement, dans le quartier Est d’Hongse, chaque minute supplémentaire, venant s’ajouter à l’horloge numérique de son téléphone portable, voit s’éclairer davantage le visage d’An, dont les pas prennent, lentement mais résolument, la direction de l’ancien port de la ville. Ses pieds le traînent. C’est ce qu’il prétend, car c’est en vérité l’inverse. Alors qu’il monte dans un premier bus afin de rejoindre sa destination, il prie secrètement pour que le véhicule ne se presse pas. Tout prince peut se faire attendre, si c’est là son choix.

Confortablement installé sur le siège du fond, il glisse un doigt paresseux sur son écran, ouvrant pour la énième fois le message qui, depuis sa réception, ne cesse de le faire sourire. Il n’y répondra pas. Jamais. Il aime se faire attendre, laisser douter. Ne souhaite-t-on pas plus ardemment une chose qui paraît ne pas arriver ? Il ne peut s’en empêcher. Ce pauvre Hoon, il l’a tant de fois berné. Distrait par le bruit des gouttes qui s’écrasent contre le plexiglass du véhicule, il fronce les sourcils et range l’appareil au fond de sa poche. Sans doute aurait-il manqué son arrêt, absorbé par sa jubilation, si son attention n’avait pas été subtilement attirée sur la métamorphose du paysage urbain.

Quand il descend du véhicule et balaie les lieux d’un regard, c’est une toute autre ville qui s’offre à lui. Ici, l’agitation du quartier Est semble endormie, bercée par le bruit des vagues qui viennent mourir contre la jetée, combattantes acharnées, dévouées au vent et privées de volonté. Une volonté dont il ne manque pas, contrairement à elles, alors qu’il décide de s’aventurer plus loin que l’entrée de cet endroit dont la ville semble presque coupée, sans craindre que ses cheveux soient trempés.

Des bruits aux alentours attirent son attention et lui font baisser les yeux. On murmure, à l’université, que certains quartiers ne sont pas sûrs, qu’il vaut mieux les éviter. Son insouciance naturelle lui souffle que ce ne sont que des histoires, mais son instinct lui dicte la prudence.

Quand il relève la tête, passés ces individus, ses yeux rencontrent une silhouette plus familière, dont il s’approche sans plus attendre, transformé. Son regard a désormais retrouvé sa vivacité et ses lèvres étirées dévoilent, jusqu’à ses canines, ses dents soigneusement entretenues.  « Désolé, j’ai reçu ton message, mais je n’ai jamais pu y répondre. La réception est vraiment mauvaise chez moi., s’excuse-t-il, conscient de son mensonge, mais pas honteux. Tu n’attends pas depuis trop longtemps, au moins ? »
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t64-ban-hoon-i-m-not-a-perfect-personhttp://ut-gun.bbfr.net/t89-ban-hoon-i-m-awake-but-my-world-is-half-asleephttp://ut-gun.bbfr.net/t90-ban-hoon
king of under the gun.
avatar
more informations


 if i could fly (an) | Sam 25 Fév - 16:06



if i could fly ✧ Hoon range son téléphone dans la poche arrière de son jean. Il ne sait pas trop quoi faire de ses bras, de ses mains — ordinairement accompagnées d'un verre débordant d'alcool. Il observe un peu les alentours; du coin de l’œil, il aperçoit An qui s'approche, et bientôt, la distance qu'il y avait précédemment entre eux, n'est plus. « Désolé, j’ai reçu ton message, mais je n’ai jamais pu y répondre. La réception est vraiment mauvaise chez moi. Tu n’attends pas depuis trop longtemps, au moins ? » Hoon n'est pas idiot, il n'est pas non-plus nouveau à ce genre de comportement. Mais il ne dit rien. An le croit idiot, et c'est tellement amusant. Il hoche seulement la tête, le bout de ses doigts le titille. « Si on allait s'asseoir, hm ? » Il désigne un banc à quelque mètre, faisant face à la beauté sauvage qu'offre la mer matinale. Il n'attend pas la réponse d'An et part s'y asseoir. C'est bien la première fois qu'il est aussi impatient de passer à l'acte, d'avouer enfin à quelqu'un qui a été berné, pris au piège entre ses crocs lacérés.
Il sort de sa poche un vieux papier qu'il garde depuis sa première rencontre avec An. Inscrit dans une écriture bâclée, se trouve les sommes d'argent qu'An lui a pris, plus le total de celles-ci. Il donne le bout de papier au jeune homme, encore ignorant de ce que Hoon compte lui annoncer. « J'ai fais le compte de tout ce que tu m'as emprunté depuis ces dernières semaines; environ trois mille dollars. » Il marque une courte pause, essayant de décrypter ce qu'il peut bien se passer dans la tête d'An. Il ne devait sûrement pas s'y attendre. Hoon soupire, puis un sourire souligne son regard. « J'espère que tu ne t'attendais pas à me prendre de l'argent, sans que cela est de conséquences. »
Il sent encore des gouttes de pluies tomber. La mer s'agite, l'averse arrive bientôt. Hoon tapote du bout des doigts la feuille. Puis, d'un bref mouvement de tête, il demande à l'un de ses hommes de s'approcher de lui. Il prend de sa main un pinceau et un pot remplit d'encre. An a l'air d'être dans son monde, ses yeux figés sur la feuille qu'il tient entre ses doigts. Hoon ne le blâme pas. C'est un choc de savoir que la personne qu'il prenait pour un pauvre naïf depuis tout ce temps, se révèle être, finalement, quelqu'un de plus malin. « Ah, on ne va pas y passer la journée. J'ai d'autres affaires qui m'attendent. » Il reprend le papier des mains d'An, un sourire carnassier sur son visage blanchâtre. Il aime se sentir supérieur — c'est un homme après tout, mais il ne peut réprimer cette étrange sensation de mal être qui subsiste dans son bas ventre. Il a peur que ce sentiment de regret ne le ronge bientôt toute l'âme; il tapote légèrement du pied. Il veut que tout se finisse rapidement, il n'a pas le temps ni l'envie de regretter ses gestes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t167-there-s-two-kind-of-forever-one-called-before-one-called-after-anhttp://ut-gun.bbfr.net/t169-wang-an-once-i-am-gone-they-ll-keep-me-alivehttp://ut-gun.bbfr.net/t170-wang-anhttp://ut-gun.bbfr.net/t171-547-7806-8705-an#1042
i'm no sinner.
avatar
more informations


 if i could fly (an) | Sam 25 Fév - 17:32



if i could fly ✧ Le regard d’An s’attarde sur les traits de Hoon, à la recherche d’un signe, d’une réaction qui aurait pu trahir une quelconque impatience. C’est un jeu pour lui, un passe-temps, à la différence qu'il est plus fructueux qu’une vulgaire lecture. Rien ne l’enchante davantage que lire la colère de l’attente dans le regard d’un autre ; hélas, Hoon semble impassible, et le sourire de l’étudiant s'efface lentement. Il se ressaisit, redresse l’échine, par fierté, avant d’emboîter le pas de Hoon et de s’installer à son tour sur le banc, puisqu’on ne lui en laisse pas le choix – une frustration qu’il se gardera d’afficher.

Les bras solidement croisés contre son torse, An suit d’un regard attentif les gestes de Hoon et essaie d’ignorer au mieux les gouttes de pluie qui semblent se multiplier. La vue de ce morceau de papier usé lui arrache un froncement de sourcil désapprobateur, mais il se penche pour y voir plus clair. Sa question muette trouvera vite sa réponse; elle s'abat sur lui comme un verdict, inévitable et glaciale, alors qu’il saisit le papier qu’on lui présente, l’expression fermée. Trois mille dollars.

L’œil agile, An survole ces chiffres, l'addition salée de toutes les occasions où il a pu, grâce à Hoon, bien manger, s’amuser et dépenser. Cette somme l’effraie, elle lui noue les tripes. L’argent qu’envoient ses parents ne lui permet pas d’économiser autant, quant à l’idée de reprendre ses arnaques aux sentiments, elle ne lui traverse pas l’esprit. Il a choisi d’arrêter, pour son couple et sa pérennité. Il glisse une main dans ses cheveux humides pour les rabattre en arrière et dégager sa vue, presque étourdi par le poids du nombre qui apparaît sur ce maudit morceau de papier. Plongé dans sa lecture, l’étudiant n’a pas remarqué l’homme qui s’est approché. Il réfléchit encore, cherche une issue. À ses yeux, toute énigme possède sa solution et ses indices.

Quand il relève la tête, son regard s’attarde sur le pot et le pinceau, mais sa fierté, qui crie plus fort que le doute précédent, rappelle un sourire à la charge. « Et depuis quand dois-je te rembourser, au juste ? demande-t-il, sur un ton qui se teinte dangereusement d’arrogance.  Je ne t’ai jamais forcé à me donner cet argent. Tu n’as aucun droit de l’exiger. » Il aime jouer sur les nuances et rire au nez de ceux qui pensent avoir le dessus. Hoon n’est en rien différent. C’est pourquoi, cette fois encore, An pense pouvoir le maîtriser, contrôler la situation. Il ne se doute pas de ce qui pourrait arriver, ni de l’identité l’homme qui se trouve en face de lui. Son regard finit, néanmoins, par retomber sur pot d’encre. « Et ça, qu’est-ce que c’est ? »  
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t64-ban-hoon-i-m-not-a-perfect-personhttp://ut-gun.bbfr.net/t89-ban-hoon-i-m-awake-but-my-world-is-half-asleephttp://ut-gun.bbfr.net/t90-ban-hoon
king of under the gun.
avatar
more informations


 if i could fly (an) | Sam 11 Mar - 21:58



if i could fly ✧ Il garde, au fond de sa gorge, des remarques salaces et blessantes. Il n'est pas là pour perdre son temps, et l'impertinence d'An commence à éveiller en lui ses démons impatience et de colère. Il n'est pas habituel pour Hoon de se montrer autant empressé, arbitraire et tyrannique. Cependant, aujourd'hui, il n'avait pas de temps à perdre. « Et depuis quand dois-je te rembourser, au juste ? » Hoon a presque envie de pouffer de rire, mais il se retient. L'innocence qu'il lit dans les yeux d'An lui rappelle à quel point ce n'est qu'un enfant; un être immature, qui se prépare tout juste à entrer dans le monde adulte que Hoon connaît depuis son plus jeune âge. « Je ne t’ai jamais forcé à me donner cet argent. Tu n’as aucun droit de l’exiger. » Il passe sa main dans ses cheveux, la pluie commence à le déranger. Très vite, un de ses homme s'approche et déploie un parapluie au-dessus de sa tête, ne protégeant que la moitié du corps d'An. « Et ça, qu’est-ce que c’est ? » La voix d'An s'éteint et Hoon ne peut pas empêcher un sourire d'illuminer son visage. Enfin! le moment qui'l attendait depuis le début de cette conversation; la vérité, la découverte de son identité. Il a beau être aussi discret qu'un chat, lorsqu'il veut se faire connaître, Hoon n'hésite pas et ne peut empêcher le plaisir de le submerger lorsque sur les visages de ses interlocuteurs la reconnaissance se lit dangereusement. « Pour ton information, tu dois me rembourser depuis que tu m'as emprunter de l'argent. Et, oui, je t'ai bel et bien donné cette argent sans que tu me forces mais vois-tu, depuis que j'ai appris que tu étais en couple, j'ai été... gravement blessé dans mon estime. » Il marque une courte pause; malgré la colère fulminante battant dans ses veines, il ne peut s'empêcher d'admirer les traits du visage d'An. Un visage qu'il avait langoureusement admirer de loin, pour au final s'en approcher et en être écarté aussi vite. Hoon est jaloux. Ce sentiment lui transperce le corps, écrase ses os et abîme ses membres. Et même s'il sait depuis le début qu'An ne lui appartient pas, il ne peut pas s'empêcher de croire qu'on lui a voler le jeune homme. Et Hoon ne partage pas. « Prend ça comme une petite vengeance. Et ça (il soulève légèrement le pot d'encre) c'est un moyen pour te rappeler que tu me dois une dette; méthode des purple hibiscus, je pense que tu en as déjà entendu parler, non ? » Le cynisme s'écoule de sa voix et le sarcasme s'empare de son âme. Hoon ne se reconnaît plus mais sa colère grandit en lui et bientôt il ne sera qu'un loup qu'on a empêcher de manger. Il donne le signal à ses hommes d'attraper An pour ne pas qu'il bouge lorsque Hoon lui dessinera le pétal sur son avant-bras. Tout semble aller très vite; le visage surpris d'An réconforte un peu son estime. Il s'empare du pinceau et dessine ce symbole qu'il connaît si bien. Peut-être aurait-il mieux fallut choisir une plante plus toxique, plus mortelle qu'un simple hibiscus, mais Hoon déifiait l'idée qu'une plante innocente puisse faire autant de ravage sur l'espèce humaine. Il referme le pot, et observe An du coin de l’œil. La mer s'agite, ses oreilles se délectent du son des vagues mouvementées qui se tuent contre la jetée et les rochers. Son objectif est accompli; il se sent apaisé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ut-gun.bbfr.net/t167-there-s-two-kind-of-forever-one-called-before-one-called-after-anhttp://ut-gun.bbfr.net/t169-wang-an-once-i-am-gone-they-ll-keep-me-alivehttp://ut-gun.bbfr.net/t170-wang-anhttp://ut-gun.bbfr.net/t171-547-7806-8705-an#1042
i'm no sinner.
avatar
more informations


 if i could fly (an) | Lun 13 Mar - 2:09



if i could fly ✧ Il n’est pas dans la nature d'An d'avoir peur de ses opposants. Tandis que ses parents ont, durant de longues années, essayé de lui inculquer la méfiance, le jeune homme est resté insouciant, à la limite de l'imprudence. Il se repose sur un esprit, qu’il sait agile, afin d’échapper aux ennuis. C'est pourquoi, au lieu de reculer devant cette dette, il n’hésite pas à défier celui qui essaie de la lui imposer. Une défiance qui fane, emportant avec elle son amusement,   lorsqu’il aperçoit le visage de Hoon qui, loin d’avoir l’air déstabilisé, sourit. . Un détail a dû lui échapper. Il déteste être pris au piège, en particulier lorsqu’il est persuadé de mener la partie ; une conviction que les propos de l'autre homme ne manquent pas d'ébrécher.

Dans la tête de l'étudiant les questions se bousculent. Il s’interroge sur l’identité de cet homme qui se permet d’exiger, en invoquant comme motif une blessure d'amour propre, le remboursement de trois mille dollars. Hélas, les réponses qui lui viennent sont si folles qu’il les occulte. Tout Homme, pour une raison ou une autre, se réfugie un jour dans le déni. Pourquoi serait-il différent ? Plutôt que de continuer à imaginer des scénarios aussi nombreux qu'improbables, An écoute, sans quitter des yeux l’encrier, la voix profonde de Hoon. C'est la première fois qu'elle lui semble si menaçante.

« Les Purple Hibiscus, » souffle An, en réponse à la question qu'on vient de lui poser. « C'est... » Il n’a pas le temps de continuer ; les hommes qui les entourent l'immobilisent. La surprise passée, il fait claquer sa langue contre son palais et laisse échapper un soupir agacé. Est-il ne bête sauvage qu’il faut maîtriser ? Il a trop d’amour propre pour accepter qu'on le traite comme tel. «  Tu me penses bête à ce point ? » Son ton devient moqueur, il ferme les yeux au contact des poils du pinceau sur sa peau, en partie préservée de la pluie par son haut « Pourquoi essaierais-je de fuir, si tu es dangereux ? »

An sait qu'il devrait le craindre, mais il est fier d'avoir heurté l'égo d'une personne puissante. Cependant, il sait aussi que la fierté est un sentiment à manipuler avec bien plus de précautions que la colère ; elle enivre et fait oublier le danger. Les gangs qui règnent sur la ville ne sont un secret pour personne. Jusqu'à ce jour, il s’imaginait avoir réussi à se frayer un chemin tranquille dans la fourmilière Hongse ; c’est une erreur grossière, qu'il ne risque pas d'oublier. Alors, il réservera sa joie pour plus tard. La part prudence qui, quand il arrivait au port quelques minutes plus tôt, lui soufflait de se méfier, avait tristement raison. Il ignore tout des méthodes de ce groupe et ne souhaite pas le découvrir.

En proie à la pluie, An glisse une main dans ses cheveux pour dégager son front, le vent ne cessant d’y faire retomber des mèches, puis repose les yeux sur Hoon. « Dans combien de temps dois-je te rembourser? » La possibilité d’être tué par l'un des hommes qui l’ont tenu lui recommande la sagesse. Il doute que Hoon leur en donne l’ordre, pour des raisons qu’il a lui-même citées plus tôt, mais il n’ose présumer de la volonté ou de la patience de ceux qui l’accompagnent. Seul un fou s'opposerait à un gang sans y avoir réfléchi. Or, An n'est pas fou. Il a besoin de temps pour remettre de l’ordre dans ses idées, rendues confuses, brouillonnes, par la situation, et réfléchir à une solution qui lui permettra de sortir de ce pétrin. Et ce, sans avoir à débourser un dollar.


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
.
more informations


 if i could fly (an) |
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
if i could fly (an)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
under the gun :: vieux port-
Sauter vers: